Débrayage étudiant #enough

Près d’un million d’étudiants ont quitté leurs écoles pour exiger la fin de la violence par les armes. Ces débrayages viennent après le massacre horrible à l’école secondaire de Marjory Stoneman Douglas le mois dernier et font partie du mouvement d’étudiant croissant visant la violence et la NRA.

San Francisco:

Des milliers d’étudiants des lycées de San Francisco ont protesté contre la NRA, les fabricants d’armes et la violence systémique du racisme et de l’exploitation dans laquelle ils ont grandi. Les étudiants ont commencé à encombrer les marches de Hôtel de ville, malgré une forte pluie. Toutes les dix minutes pendant une heure, un nouveau contingent d’étudiants arrivait, grossissant leur nombre à environ un millier et forçant la fermeture de la rue. Alors que quelques politiciens sont venus manifester leur soutien aux manifestants, le rassemblement d’une heure a eu une majorité d’étudiants. Presque tout le monde a souligné le rôle criminel que la NRA a joué en profitant de la mort des étudiants. Plusieurs étudiants ont lié leur appel au contrôle des armes à feu avec la nécessité de mettre fin au racisme et au sexisme, et de placer la violence armée dans la violence systémique plus large causée par le capitalisme.

Après la fin du rassemblement, les étudiants ont commencé leur marche vers la place Ghiradelli de San Francisco, l’une des destinations touristiques les plus populaires de la ville. En tombant sur Market Street, les étudiants se sont relayés pour chanter des slogans de «Hey, Hey, NRA, How Many Kids Did You Kill Today?». Les élèves qui marchaient ont été accueillis avec enthousiasme par les passants adultes, et plusieurs chauffeurs de bus et autres travailleurs de la ville ont agité le soutien. Plusieurs fois ils ont marché au-delà de la police qui arrêtait la circulation devant eux.

À la fin du mois de mars, les leaders étudiants ont clairement indiqué que ce n’était que le début et ont souligné la Marche pour la vie du 24 mars comme une nouvelle étape vers la création d’un mouvement de contrôle des armes à feu dirigé par des jeunes. Un intervenant a été fortement applaudi lorsqu’il a parlé de la nécessité de garder son mouvement indépendant des politiciens. Bien que le vote en 2018 ait été mentionné comme une étape nécessaire pour obtenir des mesures de contrôle des armes à feu, il semblait clair qu’ils ne considéraient pas les politiciens démocrates comme leur sauveur. Comme l’a fait remarquer un étudiant: «Nous avons montré aux adultes que nous n’attendrons pas qu’ils fassent ce qu’il faut. Nous continuerons à protester et à organiser jusqu’à ce que nous puissions nous sentir en sécurité dans nos écoles.»

Columbus:

Des milliers d’étudiants à travers Columbus, Ohio ont pris part à la Journée nationale des débrayages contre la violence armée. Le conseil des écoles de Columbus City (CCS) a déclaré être une journée «Safer Together» à l’échelle du district pour soutenir les débrayages, mais ce sont les leaders étudiants dans les lycées du district qui ont agi en planifiant les débrayages et rassemblé leurs camarades de classe pour dénoncer la violence armée et la NRA. Dans de nombreuses écoles de la CCS, les élèves et les enseignants marchaient côte à côte. Les organisateurs du groupe local Youth EMPOWER, une organisation de jeunes de la Marche des femmes, ont joué un rôle important en aidant à coordonner, promouvoir et soutenir les efforts d’organisation des étudiants. À South High School, un lycée à prédominance noire du côté sud de Columbus, environ 200 élèves ont quitté les classes à des températures glaciales et se sont rassemblés sur le terrain pendant 17 minutes en l’honneur des victimes de la fusillade Parkland.

Socialist Alternative Columbus a parlé avec certains des organisateurs de débrayages de South High, qui ont été inspirés pour organiser la grève après avoir été témoins de la croissance de l’action des étudiants contre la violence armée en réponse à la tuerie de Parkland. Les organisateurs étudiants ont exprimé le besoin d’une action continue, sous la forme de débrayages et de rassemblements, pour pousser les législateurs à adopter une réforme significative des armes à feu afin de lutter contre l’épidémie de fusillades dans les écoles de masse. Il était entendu que les jeunes devront continuer à faire pression sur eux et à organiser des débrayages, des manifestations et des occupations pour forcer les politiciens à accepter les demandes de contrôle des armes à feu.

Environ 300 étudiants sont descendus dans le bâtiment de la capitale de l’Etat pour parler avec des représentants et organiser un rassemblement sur les marches du Statehouse. Pendant le rassemblement, les étudiants ont inclus des appels à la démilitarisation des écoles et au financement des travailleurs sociaux et des conseillers. Fait intéressant, le Sénat de l’Ohio dirigé par les républicains a décidé d’annuler abruptement une session prévue du Sénat après avoir entendu parler de l’action étudiante anticipée.

Seattle:

300 étudiants et sympathisants se sont tenu silencieusement dans l’escalier menant à l’école secondaire Garfield. les élèves ont lu les noms, un par minute, des victimes de la fusillade à l’école Parkland, FL. L’appel devait être pour une promenade de 17 minutes, mais les étudiants de l’autre côté de la ville sont restés et ont convergé vers l’Université de Washington pour une manifestation plus soutenue et une marche. Même sans une coordination formelle ou un organisme organisateur qui a assumé le leadership de cette action, 2500 élèves du primaire et du secondaire de tous les coins de Seattle se sont joints à l’université, d’où ils sont descendus dans la rue.

De nombreux lycéens Socialist Alternative ont parlé de socialisme. Certains étaient même conscients que le capitalisme était la cause première de l’aliénation et de la violence armée, ainsi que de la nécessité d’un changement fondamental du système. Peut-être encore plus révélateur est qu’en dépit d’un manque de coordination entre les écoles – beaucoup n’avaient pas de contingents à l’université, seulement de petits groupes de personnes dévouées – l’action était néanmoins assez forte pour obtenir une couverture médiatique significative, et même le soutien de certains les administrateurs scolaires, qui ont accepté publiquement de ne prendre aucune mesure contre les étudiants qui sont sortis.

Les étudiants ont regardé aussi loin que la grève prévue pour le 20 avril, certains discutant même de la possibilité d’organiser des conférences et de tenir des rassemblements publics, et reconnaissant le besoin d’organisation pour que le mouvement réussisse. Dans l’ensemble, malgré les inquiétudes des élèves quant à la possibilité de prendre d’autres mesures que celles initialement prévues, ces événements témoignent de la volonté générale des jeunes de prendre l’initiative de se battre pour leur vie et leur avenir.

Chicago:

Plus d’un millier d’étudiants ont quitté Lane Tech dans le cadre d’un événement organisé par des étudiants. Au début, il semblait que les policiers et les parents seraient en mesure de garder les militants et les spectateurs loin du corps étudiant, limitant la grève à un rassemblement sur la pelouse massive à l’extérieur de l’école, et de maintenir un périmètre sur le trottoir au moins cent pieds plus loin. Cela a duré jusqu’à ce que le rassemblement devienne une marche autour du périmètre de l’école. Mais quand la marche a commencé, les marshals ne pouvaient plus contenir les étudiants et ils se sont répandus sur le trottoir.

La réponse à notre circulaire et à nos slogans «Mettre fin à la violence armée», «Soutenir le mouvement étudiant» et «Se battre contre le capitalisme» ont été accueillie avec enthousiasme. Il était clair que l’ambiance était d’organiser un mouvement ici et maintenant, pas avec des élections à mi-parcours. Dans l’ensemble, l’enthousiasme était palpable chez une majorité d’étudiants et il était clair qu’une humeur de combat se développait parmi une grande partie des étudiants de Lane Tech.

Source : On the ground at the #ENOUGH student walkouts, Keely Mullen, socialistalternative.org, 17 mars 2018.
Traduction : Carlo Mosti

Posted in articles.

membre actif et webmestre
coordonnateur de Alternative Socialiste Montréal
coordonnateur national du Réseau de Résistance du Québécois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *