Vaincre le racisme !

Combattre le racisme, voilà tout un défi ! Comme vous le savez sans doute, c’est le pari que se sont donné les organisations et les militant(e)s antiracistes de plusieurs villes d’Amérique du Nord et d’Europe, depuis l’assassinat de George Floyd par un policier de Minneapolis, le 25 mai dernier. Les crimes racistes commis par des policiers aux États-Unis n’ont malheureusement rien d’exceptionnels, mais cette fois les circonstances ont fait que ce crime ne pouvait rester impuni, puisque celui-ci était beaucoup trop flagrant pour être étouffé. La vidéo de la scène était trop explicite et le passif du policier l’était encore plus. C’est pourquoi l’événement a pris l’ampleur d’une affaire politique internationale.

Il faut dire que la brutalité policière est très liée à la discrimination sociale que subissent tous les pauvres du monde, même si celle-ci touche tout particulièrement les communautés noires d’Amérique du Nord et d’Europe. C’est donc un sentiment de colère, partagé par des millions de gens, qui explique le succès de ces manifestations, partout où elles avaient lieu.

Notons également que ces manifestations fermaient la période de confinement qui, dans un pays sans filet social, comme le sont les États-Unis, a fortement affecté les plus démunies, au premier rang desquelles se trouvent aussi les communautés noires. Ces manifestations ont donc aussi servi à rappeler aux autorités que les protestations de rue ne sont pas choses du passé et que, Covid-19 ou pas, la période de « pause » des conflits sociaux était désormais terminée.

Pour en revenir avec le fond de l’affaire, c’est-à-dire la lutte contre le racisme, on notera que si le meurtre a scandalisé les opinions progressistes de la plupart des pays occidentaux, la lecture du problème et les réponses à y apporter demeurent assez diversifiées et correspondent à des situations sociales relativement distinctes. Par exemple, le cœur des revendications qui avaient lieu en France était surtout centré sur la régularisation des sans-papiers et la dénonciation de la radicalisation extrême-droitière de la police macronienne. Autrement dit, des revendications concrètes politiquement, qui unis traditionnellement la gauche et une bonne partie des « Gilets jaunes », qui, comme on le sait, ont vécu leur lot de violence policière en 2019 !

De l’autre côté de l’océan, les revendications nord-américaines (incluant dans ce cas-ci le Québec) étaient parfois beaucoup moins concrètes puisque souvent centrées sur la reconnaissance des citoyens racisés et l’épineuse question du « racisme systémique ». Il n’y a certes pas de rupture absolue au niveau du fond de l’affaire, mais disons que les revendications en France avaient comme particularités d’être beaucoup plus politiques. Les revendications nord-américaines, notamment celles de l’organisation « Black Live Matters », ont cette particularité d’être très sociologiques et se centrent beaucoup (sans s’y limiter bien sûr) sur la reconnaissance identitaire et la lutte au racisme dit « systémique ». Notions bien souvent hors de portée de la législation, comme l’est le racisme tout court d’ailleurs.

Et c’est tout le problème des revendications de ce genre, car les relations humaines ne sont pas régies que par des lois, mais aussi par des mœurs et des mentalités. La particularité du racisme systémique, comme du racisme tout court, est plutôt du second ordre, puisque, comme un peu partout en occident, les discriminations raciales sont théoriquement interdites. Comme il n’est pas possible de décréter la fin du racisme dans les têtes, il restera toujours des racistes revendiqués ou non en situation de pouvoir pour exercer des discriminations, même si la majorité des gens exècre le racisme.

Pour la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec, la discrimination systémique se définit comme suit : « la somme d’effets d’exclusion disproportionnés qui résultent de l’effet conjugué d’attitudes empreintes de préjugés et de stéréotypes, souvent inconscients, et de politiques et pratiques généralement adoptées sans tenir compte des caractéristiques des membres de groupes visés par l’interdiction de la discrimination ». En d’autres termes, il s’agit d’effets cumulés de préjugés plus ou moins inconscients dans le fonctionnement du système. Ce qui touche surtout, on l’aura bien compris, les emplois, les promotions professionnelles ou sociales et le commerce. Le racisme systémique est donc difficilement dissociable du racisme tout court, puisque, inconscient ou pas, le racisme systémique implique toujours du racisme individuel à sa base.

Néanmoins, loin de moi l’idée de rejeter le concept de discrimination systémique puisque c’est une donnée sociologique particulièrement solide et qui est au cœur de la pensée marxiste. L’une des bases du marxisme est la critique des concepts abstraits, notamment la rhétorique bourgeoise sur les libertés individuelles et l’égalité en droit. Le droit bourgeois proclame la liberté et l’égalité de toute personne devant la loi, mais ne tient aucunement compte des conditions matérielles de l’exercice de cette liberté. Le bourgeois prétend que tous sont libres, alors que les moyens de production sont strictement hiérarchisés par la propriété privée. Dans un monde où l’accès à l’argent est régi par l’offre et la demande, via le salariat ou le commerce, l’accès aux capitaux dans la vie forme une hiérarchie informelle qui définit les grandes lignes de la destinée des gens. Et ne parlons pas du rôle déterminant que joue le capital social et culturel, issu de la cellule familiale, qui lui est tout particulièrement mal distribué et handicape toute une myriade de talents dans la société. En d’autres termes, la doctrine marxiste démontre parfaitement qu’il n’est pas possible d’être réellement libre par le seul fait de la loi.

La source de la discrimination systémique est donc de feindre une égalité formelle par la négation ou l’ignorance des inégalités structurantes de la vie. Le capital social, culturel et économique des gens forme la base des inégalités du monde capitaliste, mais cette particularité se retrouve aussi dans les catégories non économiques, comme pour ce qui est de la situation des mères monoparentales dans le monde libéral. La concurrence dans le cadre du salariat handicape nécessairement les femmes touchées par l’enfantement, puisque les grossesses ne sont pas toujours issues d’un choix. Les patrons le savent bien et préféreront prendre une personne qui n’est pas soumise à ce risque, même s’il est bien conscient que les enfants sont nécessaires à la société. D’ailleurs, ce temps de travail gratuit donné à l’enfant (et à la société) n’est pas reconnu ce qui implique un potentiel de précarité qui ne touche que très peu d’hommes. En d’autres termes, c’est la concurrence issue du libéralisme et non pas l’éthique du patron qui engendre cette discrimination. On parle donc ici de discrimination systémique.

Comme vous le voyez, la discrimination systémique est une réalité objective accessible à tous ceux et celles qui se donnent la peine d’observer les conditions de vie concrète des gens. Mais le racisme systémique ne me semble pas relevé totalement de cet ordre, puisqu’il n’est pas issu du système, mais bien du racisme ordinaire. Je m’explique.

Le libéralisme se définit par la liberté individuelle dans le domaine social et économique, mais la réalité démontre qu’il engendre surtout un despotisme des possédants dans un monde où le salariat est devenu quasi indépassable, en raison de l’importance démesurée de l’argent dans la société capitaliste. Le rôle de l’emploi est donc déterminant dans la vie des gens, mais est encore organisé comme un simple contrat de gré à gré. Ce contrat est modalisé sur la base de l’offre et la demande et est pratiquement toujours à l’avantage de l’employeur. C’est donc la subjectivité du patron dans le cadre d’un rapport de classes avantageux pour lui qui fait qu’une jolie femme sera choisie plutôt qu’une autre, qu’un beau parleur sera préféré à quelqu’un de timide et c’est pour la même raison qu’un « blanc » sera choisi plutôt qu’un « noir ». C’est donc bien le libéralisme qui rend la discrimination possible, mais ce sont les mœurs et les mentalités qui engendrent une discrimination plutôt qu’une autre.

Dans l’emploi et tout ce qui l’entoure, la discrimination systémique est issue du paradoxe social du monde capitaliste1, elle peut donc être corrigée par la socialisation et la démocratisation des moyens de production, voir même par une vraie social-démocratie, mais, pour ce qui est des discriminations issues des mœurs et coutumes, la solution est bien moins claire. Disons même qu’elle ne pourra jamais vraiment évoluer dans les conditions actuelles, si nous nous en tenons aux règles qui définissent la « superstructure » de nos sociétés.

La superstructure désigne l’ensemble des idées d’une société, c’est-à-dire ses productions non matérielles, comme les institutions politiques, les lois, la religion, l’art, la morale, la conscience de soi, etc. Celles-ci sont directement issues des rapports sociaux et si « l’infrastructure » (les rapports de classes) est inégalitaire, il est fatal que les inégalités matérielles seront traduites et justifiées par des mœurs et des institutions inégalitaires, comme c’est le cas aux États-Unis.

Le mythe américain du « self made man » en est d’ailleurs un cas d’école, puisqu’il justifie les inégalités par le seul fait du talent et de l’effort individuel sans jamais tenir compte des conditions sociales, donc des possibilités des individus. Un peu comme si le monde capitaliste à l’américaine était une espèce de concours de talent qui récompense des génies mis à l’épreuve. Ce mythe est évidemment confortable pour les gens bien installés, puisqu’elle flatte leur orgueil, mais celui-ci sous-entend également que la pauvreté serait issue de la seule fainéantise et du manque de talent !

La discrimination des afro-américains me semble assez directement connectée à ce mythe, puisque c’est le type de préjugé que l’on entend le plus dans la bouche des racistes américains. Les noirs seraient moins « intelligents et plus « paresseux » que les blancs, en raison de je ne sais quelle théorie raciale, ce qui expliquerait leur situation. Je ne crois pas avoir besoin de démontrer à quel point ce raisonnement est ridicule, mais nous pouvons affirmer que ce mythe confirme bien que l’idéologie est bel et bien une justification des conditions matérielles.

Aux États-Unis, un autre mythe est bien rependu et c’est celui de la « race ». Le concept de « race » est depuis longtemps discrédité par la science et est relégué au rang de pseudoscience. Pour autant, cet autre mythe persiste dans ce pays et ce n’est pas un hasard, puisque le « communautarisme2 » est consubstantiel au néolibéralisme, étant donné qu’il justifie la stratification du domaine public (hors travail) en sous-catégorie privée. La catégorie phare de ce communautarisme est bien sûr celle des super riches ! Communauté réputée pour sa fermeture, celle-ci justifie légalement et moralement son autarcie par l’existence des communautés religieuses d’antan et par les communautés ethniques d’aujourd’hui. Autrement dit, la « liberté de regroupement » dans la société civile appelée « lobby ». Ces regroupements, en plus d’être arbitraires et antisociaux, sont à double tranchant, puisque s’ils aident ses membres quand ils sont forts, ils rabaissent aussi leurs membres quand ils sont faibles et stigmatisés.

Cette vision communautaire de la société apporte un boulevard aux idées racistes, puisqu’il participe à l’essentialisation des gens et justifie les préjugés, alors qu’ils sont surtout issus d’une solidarité de condition de vie. Il est vrai que le racialisme est une composante importante de la conscience des membres des communautés noires et fait évidemment écho au nationalisme d’antan, mais, comme ce dernier, il traduit une communauté d’existences et le référant (la couleur de peau ou la nationalité) reste au fond bien arbitraire. La communauté d’existence dépasse parfois les classes sociales dans un cadre identitaire, mais ne dépasse pas les objectifs politiques de la lutte des classes, puisque c’est au travers une « infrastructure » sociale égalitaire et démocratique (la société socialiste quoi) qu’émergeront des mœurs égalitaires et antiracistes.

C’est pour cette raison que l’antiracisme doit relever de la lutte des classes et ne doit pas faire cavalier seul. Autrement, l’antiracisme se fera manipuler par les bourgeois pseudos progressistes, sans pour autant faire disparaitre le racisme dans la société. Et cette manipulation est malheureusement déjà en bonne partie réalisée, par la frange « progressiste » de la bourgeoisie américaine depuis l’ère d’Obama. Ère Obama qui, rappelons-le, a vu émerger l’organisation « Black Live Matters ». Peut-être ne s’agit-il pas d’un simple hasard ?

_____________________
Notes:

1 Celui-ci est le caractère social des moyens de production et son organisation par la propriété privée, ce qui engendre une organisation sociale despotique dans une société prétendue égalitaire.
2 Communautarisme, au sens populaire du terme.

Partagez!

L’histoire du 1er mai : Journée internationale des travailleurs

Le premier mai, Journée internationale des travailleurs, tire ses origines de l’un des principaux combats syndicaux du 19e siècle, soit celui de la limitation de la journée de travail à 8 heures. Au-delà de la simple tradition, et contrairement à notre « Fête du Travail » le premier lundi de septembre, ce jour n’en est pas un de fête, mais de combat. Doublé d’un jour de souvenir, afin que l’on se souvienne du massacre de Haymarket Square dans les premiers jours de mai 1886 à Chicago. Cette belle journée de printemps, celle qui précède les doux jours d’été, est pour ceux qui l’honorent un symbole d’espoir, car la cause ouvrière, quoique plus avancée aujourd’hui qu’elle ne l’était à l’époque, est toujours un combat d’avant-garde et une nécessité pour tous ceux qui croient encore en l’avenir. Enfin, retournons un petit peu dans le passé afin de se remémorer les événements qui ont fait de cette date ce qu’elle est aujourd’hui.

L’histoire de la Journée internationale du travail commence chez les travailleurs australiens qui ont eu l’initiative de faire une grève de masse le 21 avril 1856 comme moyen de pression afin d’obtenir une baisse des heures de la journée de travail, soit à 8 heures. La journée typique pour un prolétaire en usine (tout pays industriel confondu) était à l’époque d’au moins 10 à 12 heures par jour. Cette grève contre toute attente fut un succès retentissant, ce qui fit que l’expérience se devait d’être reproduite ailleurs.

Quelques années plus tard, Karl Marx organise en 1864, trois ans avant la publication du Capital, l’Association internationale des travailleurs qui affirme que « l’émancipation des travailleurs doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes » et déclare agir « pour l’émancipation définitive de la classe travailleuse, c’est-à-dire pour l’abolition définitive du salariat ». Cette adresse sera l’âme de la Première internationale. Friedrich Engels, qui a grandement contribué à ce mouvement dira, lors de son discours sur la tombe de Marx que c’était le couronnement de toute son œuvre.

Vingt ans plus tard, les Américains emboîtaient le pas. En octobre 1884, la Fédération américaine du travail, l’American Federation of Labour (AFL), organisait sa 4e convention à Chicago, où fut adoptée une mention sur la nécessité de l’implantation des 8 heures. En tant que syndicat raisonnable, ils donnèrent donc un délai de 2 ans aux employeurs pour prévoir le coup en plus de s’engager à ne pas demander de hausse de salaire d’ici là. Par contre, si les employeurs après ce délai n’acceptaient pas cette réforme, la fédération s’engagerait à mener des grèves de grandes ampleurs jusqu’à l’obtention de son objectif. Dès lors, les dés étaient jetés !

Comme de bien entendu, le patronat, fidèle à son habitude, se fit très discret sur sa volonté de mettre en place ce changement dans les délais prescrits. Les syndicats décidèrent donc de mettre en place leur unique moyen de pression à partir du 1er mai. Évidemment, ce choix n’était pas dû au hasard, car c’était le début de l’année fiscale. Mais en plus de cela, le 1er mai était aussi le moving day, où les baux devaient être renouvelés. Autrement dit, une journée potentielle d’enfer pour les puissants.

L’appel à la grève générale fut largement suivi dans le pays et environ 350 000 personnes répondirent « Présents ! » à ce grand jour. Malgré ce succès, la situation n’évolua guère par la suite. À Chicago, principal bastion de la cause, une grande marche fut organisée au 3ème jour de mai avec près de 4 000 ouvriers afin de donner leur appui aux grévistes de la société McCormick qui faisaient face à des patrons particulièrement cyniques, notamment par leur usage immodéré des briseurs de grève (scabs). Ce jour fut particulièrement funeste, car il dégénéra en un conflit direct avec les policiers, ce qui fit 3 morts chez les grévistes. Au lendemain de ce drame et sous l’impulsion de l’indignation populaire, une manifestation de près de 15 000 personnes est organisée au Haymarket Square. Comme celui de la veille, l’événement devait entrer en conflit direct avec les policiers. C’est alors qu’une bombe explosa du côté des policiers, faisant un mort. Une bagarre terrible se produisit, provoquant plusieurs blessés et morts des deux côtés. Il est à noter que l’origine de « l’attentat » à la bombe était en provenance d’un contingent anarchiste parmi les manifestants et que ceux-ci, à l’instar de leurs camarades européens, étaient particulièrement infiltrés par les services secrets. L’usage d’agents provocateurs1 est toujours un bon moyen à employer quand on veut éliminer le soutien populaire d’une potentielle insurrection et c’est effectivement ce qui se produisit en cette grève générale et causa la condamnation à mort de sept syndicalistes et l’emprisonnement de plusieurs autres. Le jour de pendaison des sept détenus fut plus tard appelé Black Friday.

Un peu plus tard, de l’autre côté de l’océan Atlantique, en 1889, une nouvelle Internationale ouvrière, fondée par Friedrich Engels, la IIe Internationale, était mise en place et décréta comme l’un de ses objectifs principaux la fixation de la journée de travail à 8 heures. Mais plus encore, l’Internationale avait comme objectif fonctionnel de base la mise en place d’une journée de grande manifestation internationale à date fixe, de manière que, dans tous les pays et dans toutes les villes à la fois, le même jour convenu, les travailleurs mettent les pouvoirs publics en demeure de réduire légalement à huit heures la journée de travail (C’est la proposition de Raymond Lavigne, militant syndicaliste et membre du parti ouvrier français de Jules Guesde, qui fixa le principe). Comme une grande manifestation était déjà prévue par l’AFL aux États-Unis en cette date du premier mai 1890, l’exemple fut suivi par l’Internationale et perdurera encore jusqu’aujourd’hui.

Le Congrès international de Zurich dans sa séance du 11 août 1893 décrétait que la manifestation du 1er mai pour la journée de huit heures doit en même temps affirmer en chaque pays l’énergique volonté de la classe ouvrière de mettre fin par la révolution sociale aux différences de classe, et ainsi de manifester par la seule voie qui conduit à la paix dans l’intérieur de chaque nation et à la paix internationale2.

Ce principe est encore aujourd’hui, ici même au Québec, criant d’actualité, car non seulement la cause ouvrière, autochtone et étudiante est plus que jamais dans une voie sans issue face au pouvoir, mais le peuple dans son ensemble crie sa volonté de changer ce système corrompu et vieillissant.

Alors, en cette journée de combat et de souvenir, pas une seule minute à prendre en silence, mais toute une vie de lutte !


[1] En 1893, le gouverneur progressiste de l’Illinois signe des pardons pour les syndicalistes encore détenus, en raison de la fragilité de l’enquête et du processus judiciaire
[2] Congrès international ouvrier socialiste convoqué à Paris du 14 au 21 juillet 1889

Partagez!

Est-ce la fin du monde ou la fin « d’un » monde ?

Depuis l’avènement de la pandémie de Covid-19, nous vivons un moment que l’on pourrait vraiment qualifier « d’historique ». L’expression ne me semble pas exagérée, car une crise de cette ampleur n’est comparable avec absolument rien de connu dans l’histoire récente. Des pandémies ont bien eu lieu dans les dernières années, comme la H1N1 ou le SRAS, mais l’ampleur de l’actuelle pandémie est sans précédent dans le « monde actuel ». Je précise « monde actuel », car des pandémies meurtrières ont été légion dans le passé.

De la grande peste athénienne de la guerre du Péloponnèse, à la grippe espagnole, en passant par la peste noire du XIVe siècle, les épidémies et les pandémies qui ont décimé d’énormes pans de population ne sont pas rares. Mais dans le monde actuel (en gros, la période qui va de la Deuxième Guerre mondiale à aujourd’hui) les pandémies meurtrières sont devenues des événements bien rares en raison de la constante augmentation de la salubrité. Ajoutons à cela le développement massif des services sociaux & des services de santé publics des décennies d’après-guerre et nous expliquons aisément la chute drastique de la mortalité dans le monde. Et ceci, même dans les pays les plus pauvres. Ce qui vient ironiquement poser le problème de la surpopulation mondiale.

Tout cela explique bien le sentiment de sécurité face à la mort qui caractérise si bien notre monde. C’est aussi ce qui explique le présent sentiment de panique face à un virus, certes assez dangereux, mais dont la mortalité n’est pas (encore) comparable avec celle de la grippe espagnole et des autres grandes pandémies des époques précédentes.

L’un des problèmes avec la pandémie de Covid-19 n’est pas tant la science médicale, mais plutôt le mode d’organisation de nos sociétés et l’insouciance et l’indiscipline des populations qui la constituent. Enfin, c’est surtout le cas en ce qui concerne les pays occidentaux, car la discipline des populations asiatiques mérite ici d’être soulignée. Ajoutons à cela une économie de l’interdépendance et un personnel politique calquant ses pratiques sur le management d’entreprises (autrement dit, plus préoccupées par les chiffres et le court terme que par l’organisation du bien commun et la prévision à long terme) et nous compensons amplement les avancés scientifiques par une gestion de la société tout à fait inadaptée aux pandémies.

Depuis des décennies, et à plus forte raison depuis la révolution néolibérale américano-britannique (Thatcher-Reagan), les services publics ont été soumis à des baisses de moyen constantes et à des privatisations, au nom des soi-disant vertus du marché. La pauvreté ou la richesse étant dogmatiquement perçue comme une conséquence des choix et des talents des gens, l’organisation rationnelle et éthique de la société s’est fait pour une grande part remplacer par le froid rapport commercial, ce qui a engendré une explosion des inégalités. Pourtant, l’époque moderne est en croissance économique constante et la quantité de richesse amplement suffisante pour assurer une vie décente pour tous. La contestation était d’ailleurs au rendez-vous et l’année 2019 fut riche en révoltes populaires. L’usure des idées néolibérales et la perte de légitimité de la caste dirigeante, sur fond de crise environnementale, devaient fatalement entrer en confrontation avec le monde de l’égoïsme et de la croyance en la croissance économique infinie.

Mais, coup de théâtre ! Voilà qu’une pandémie, issue d’un virus encore inconnu 6 mois auparavant, se présente en cette nouvelle décennie, mettant ainsi un coup d’arrêt radical à ce que les dirigeants espéraient être éternels ! Tant que toute la mécanique économique était au beau fixe, que la croissance était minimalement au rendez-vous et que la finance ne faisait pas trop de conneries, les dirigeants du monde pouvaient suivre la voie du profit. Après tout, le pouvoir était encore parfaitement capable de travestir les colères populaires en racisme et xénophobie ! Un peu de populisme par ci, un peu de division identitaire par-là ! Et le « bon peuple » pouvait (du moins ici) se battre autour de questions secondaires bien des années encore. Mais non ! Ce satané virus est venu enrayer la machine pour de bon.

Après avoir touché l’Asie en premier lieu, le virus s’est étendu un peu partout sur terre, en passant par les voies pavées par la mondialisation des échanges et du tourisme. La grande latence des symptômes additionnée au sentiment de supériorité des Occidentaux a permis de croire que le virus pourrait bien n’être qu’une défaillance issue du système chinois, sans poser plus de problèmes que le H1N1. De toute façon, nos dirigeants ne s’intéressent qu’aux « vraies affaires », c’est-à-dire aux chiffres et aux statistiques inscrites sur ses ordinateurs. Comme le maintien de la biodiversité, le réchauffement climatique, la hausse des inégalités et la fragilisation de l’économie, les questions d’ordre sanitaire devaient nécessairement passer au second plan. C’est donc avec un peu plus de 2 mois de retard que nos gouvernements réagissent enfin.

Ce qui aurait pu être géré graduellement et de manière coordonnée fut fait dans la plus pure improvisation. Ne parlons pas de coordination ! Même l’Union européenne fut incapable de la plus petite dose de solidarité, allant même jusqu’à se voler du matériel médical entre États membres ! Il en va de même pour la coordination des provinces canadiennes et états américains (voir parfois entre les autorités municipales et les étages supérieurs). Tout ce beau monde improvisa allègrement dans le chaos le plus complet. La mondialisation des échanges, prélude supposé à une gouvernance dite mondiale, tombe en un instant et sous nos yeux, aux poubelles de l’Histoire ! Ne laissant pas même le temps aux conspirationnistes de se trouver de nouvelles thèses impliquant George Soros!

En moins de deux semaines, l’économie mondiale s’est presque complètement arrêtée et soudainement les peuples, comme les États, redécouvrent les vertus des frontières et des services publics. Fallait le faire !

J’aime à dire et écrire cet adage fait maison : « la nécessité précède la volonté ». Celle-ci n’aura jamais été aussi vraie qu’aujourd’hui, car ce retournement de situation prend un peu tout le monde de court. Même les sociaux-démocrates authentiques et les socialistes restent encore un peu abasourdis de réaliser à quel point la situation actuelle leur donne raison. Des investissements sociaux et sanitaires massifs et sans précédent, au salaire de base, en passant par les nationalisations d’entreprises d’intérêts publics, tout est désormais potentiellement sur la table et ceci sans même avoir à passer par la case « lutte sociale ». Simplement, c’est la situation qui l’exige.

Les questions idéologiques sont bien sûr temporairement mises de côté, mais tout ce qui sera fait laissera des traces indélébiles sur la mémoire collective et ce n’est pas le choc de l’urgence sanitaire qui amoindrira cette mémoire marquée au fer rouge ! C’est tout l’inverse, car les publicitaires savent depuis longtemps que le stress et l’anxiété aiguisent la mémoire. C’est d’ailleurs pour cette raison que nos télés favorisent tant la violence et les sensations fortes aux heures de grande écoute !

Mais enfin, tout n’est évidemment pas si rose. Hormis les nombreux morts que cette pandémie engendrera, cet événement historique aura aussi de graves conséquences sur les libertés publiques, puisque celles-ci seront assurément blâmées lorsque le bilan sera à faire. Le néolibéralisme vit peut-être son crépuscule, mais gageons qu’il en va de même pour le pendant positif du libéralisme, c’est-à-dire l’individualisme.

En Chine, la pandémie est désormais derrière elle et le bilan est déjà en train de se faire, alors que nous commençons à peine à réaliser ce qui nous arrive vraiment. Les Chinois ont grandement souffert de la crise, mais leurs gestions autoritaires, couplées avec la discipline de son peuple, ont été en mesure de gérer la crise avec une grande efficacité. C’est maintenant eux qui aident les pays les plus touchés par la crise et si les États-Unis ne réussissent pas à faire de même, il est probable que la Chine sorte grande gagnante de cet épisode. Comme la suite de la Deuxième Guerre mondiale a initié l’hégémonie américaine, il est fort possible que la Chine devienne hégémonique à son tour dans le monde post-Covid-19. Ce qui implique fatalement une exportation de son modèle dans le monde.

On pourrait croire que les socialistes en soient ravis, mais c’est ne pas vraiment comprendre la réalité du modèle chinois, qui n’a pas grand-chose à voir avec ce qu’espéraient les pères du marxisme. Cependant, ce changement de paradigme pourrait offrir des possibilités plus « libertaires », si nos propres forces ne baissent pas les bras. Après tout, comme le dit le dicton : à quelque chose malheur est bon ! Et comme nous avions raison, il serait bien que notre peuple le réalise lors du bilan prochain.

Partagez!

Ironie dans la lutte parlementaire

L’Histoire humaine est parfois cruellement ironique et celle des partis de gauche l’est souvent bien plus encore. Combien de fois nos esprits se sont vite emballés devant des avancées politiques qui ne pouvaient être que triomphantes, mais qui se sont finalement révélées de véritables fiascos! Pourtant, la recette programmatique était parfaite et le soutient populaire au beau fixe, mais les événements en ont voulu autrement et c’est le statu quo, voir la réaction, qui en a remporté la mise…

L’époque actuelle est riche en échecs et les exemples d’erreurs en politique ne manquent pas. Pourtant, si l’enseignement de ces luttes passées démontre bien que le dogmatisme idéologique et la croyance en une recette révolutionnaire sont des erreurs pour les divers mouvements socialistes, il ne faudrait pas non plus négliger l’expérience récente que nous ont fait profiter les échecs de la social-démocratie. Par exemple, l’expérience nous a prouvé, par l’échec de Syriza, qu’un programme social-démocrate conséquent doit impérativement passer par la recherche de la souveraineté du pays qu’il souhaite réformer, malgré les difficultés qu’elle impose1, car, autrement, ce sont les créditeurs et les « associés2 » qui dictent dans les faits la politique du pays.

Nous savons aussi que les vieux partis sociaux-démocrates, peuplés d’apparatchiks carriéristes, souvent issus de la « droite complexée3 », forment des obstacles beaucoup plus dangereux pour la cause que peut l’être l’opposition de droite. C’est pourquoi il est parfois nécessaire de s’imposer devant cette fausse gauche, qui s’approprie cet électorat à des fins carriéristes, avant de réellement être en mesure de combattre la droite.

De cette liste, nous pouvons maintenant y ajouter une autre leçon. Celle, toute récente, de l’échec du Labour britannique de Jeremy Corbyn. Comme la grande majorité des partis sociaux-démocrates de type « Labour », son aile droite (les blairistes) régnait en maître depuis des décennies, au nom de « l’efficacité » et du « moindre mal ». Cela, jusqu’à se demander si le parti pouvait encore vraiment se qualifier de « social-démocrate ». Cependant, à l’issue d’une série de défaites et de changement de chefs, la vieille garde finit par se faire battre par l’aile socialiste du parti (représenté par Jeremy Corbyn). Celle-ci fut donc en mesure de mettre en place un programme social ambitieux. La première grande difficulté était donc déjà en bonne partie réalisée et l’espoir revenu, car le labour n’avait pas été dirigé par de vrais « sociaux-démocrates » depuis la naissance d’une bonne part des actuels militants du parti, mais comme vous le savez probablement les embûches ne faisaient que commencer…

Il y eut d’abord le référendum sur le « BREXIT » et sa victoire surprise qui posa de graves problèmes à Jeremy Corbyn, car son parti est majoritairement favorable au « REMAIN » (partisan de l’Union européenne). Jeremy Corbyn étant de tradition plus ou moins eurosceptique, comme l’est traditionnellement l’aile ouvriériste du parti, il eut quelques scrupules à prendre clairement position lors des débats, car celui-ci tenait mordicus à maintenir l’unité du parti afin d’éviter qu’une érosion des troupes pro-REMAIN soit tentée d’aller grossir celle des Libéraux démocrates, comme ce fût le cas à la suite de la scission de 1981. Cependant, cette volonté de prioriser l’unité comporte des inconvénients en termes de cohérence, étant donné que l’euroscepticisme de la gauche du parti n’a pas grand-chose à voir avec le nationalisme du parti conservateur.

Comme l’exemple de Syriza l’a démontré, l’Union européenne n’est pas cette belle confédération démocratique que ces partisans vantent tant, mais bien une organisation internationale servant à imposer l’ordo-libéralisme allemand aux autres pays membres.  Il est donc tout naturel que la véritable social-démocratie soit eurosceptique, malgré son souhait de construire une véritable confédération européenne. C’est au travers de cette ambiguïté que la « droite complexée » agira contre Corbyn et sa tendance. Comme le BREXIT comporte beaucoup de partisans issus du nationalisme réactionnaire et que l’institution européenne se cache derrière un projet politique soi-disant progressiste, il est facile d’amalgamer la méfiance envers l’UE à une forme de nationalisme. Et comme celui-ci s’est grandement centré sur la crainte de l’immigration, lors des nombreux débats qui ont précédé le BREXIT, l’amalgame « euroscepticisme = racisme » devint un argument rhétorique fort.

Ajoutons à cela une quantité de nouveaux membres issus de ce qu’on nomme familièrement les « justiciers sociaux4 », qui ne résonnent peu ou pas en termes de classes, mais presque uniquement en termes de valeurs morales et d’identités, et nous avons une direction de parti contraint d’être incohérent par souci d’unité. D’un côté celle-ci souhaite mettre en place un programme social-démocrate ambitieux, programme nécessitant bien sûr d’outrepasser les règles de gouvernance prescrite par l’UE, mais d’un autre côté celle-ci est aussi forcée de combattre la mise en place du BREXIT conservateur, par « antiracisme ».

La situation parlementaire britannique était devenue tellement absurde, en fin 2019, que le nouveau chef conservateur (Boris Johnson) ne pouvait faire adopter sa négociation du BREXIT, n’ayant pas la majorité au parlement, mais était tout de même obligé de maintenir la négociation, via une loi votée plus tôt en septembre (le Benn Act). Même l’organisation de nouvelles élections, ayant pour but de trancher la question, était bloquée, car une majorité de députés devait préalablement faire tomber le gouvernement. Comme la balance du pouvoir était du côté du Labour, c’est eux qui sont directement en cause dans le blocage du BREXIT. BREXIT pourtant validé par référendum et dont une bonne part du soutien (ne l’oublions pas) provenait de la gauche britannique !

Ce qui devait donc arriver arriva. Les élections générales de décembre 2019 ont tranché la question du BREXIT avec une majorité confortable pour les conservateurs (365 députés sur 650) et une défaite historique pour le Labour dirigé par Jeremy Corbyn (202 députés). Une défaite à ce point historique qu’il fit pire que la redoutée élection de 1983. Celle qui a succédé à la scission de 1981 évoqués plus haut. Évidemment, les blairiste du labour auront beau jeu d’attribuer cette défaite au programme social du parti, puisque dans les deux cas, le parti était dirigé par son aile gauche. Cependant, comme je l’ai expliqué, la vraie raison se trouve d’abord et avant tout dans l’incohérence idéologique et dans ce blocage absurde qu’a effectué le parti dans le processus du BREXIT. Ajoutons à cela une tendance qu’avaient les jeunes du parti à assimiler « Brexiters » et racistes et vous avez un désastre inévitable !

Dans le Monde diplomatique de janvier 2020, un article de Chris Bickerton analysa dans des termes similaires l’échec du Labour de Corbyn. Plus intéressant encore, l’encadré joint à cet article, résume une entrevue avec le comédien Chris McGlade qui expliquait pourquoi : « Je suis travailliste, j’ai voté conservateur » !

« Je viens de Redcar, une ancienne ville industrielle sur les bords de la Tees. Nous n’avons jamais eu de député conservateur ici. Mais, même si les tories ont décimé notre industrie, éteint nos fours à coke et fermé les plus grands et les plus anciens hauts-fourneaux d’Europe, Redcar a voté conservateur le 12 décembre. (…)

Pourquoi ? Parce que le Parti travailliste est dominé par des bourgeois (…) qui nous détestent. Ils se moquent tout autant de nous que les conservateurs, mais de la part des conservateurs, ça ne nous surprend pas. (…)

La classe ouvrière n’est pas intolérante. Je me fiche de votre race, de votre religion ou de votre orientation sexuelle. (…) Mais, depuis que les résultats des élections sont tombés, les bourgeois progressistes nous tombent dessus et nous reprochent d’être ignorants, stupides et racistes. Ils nous expliquent que nous nous sommes tiré une balle dans le pied. (…) Ils descendent dans les rues des grandes villes pour dénoncer le résultat d’un vote démocratique et chantent « Oh, Jeremy Corbyn ». Mais ne se rendent-ils pas compte que Jeremy Corbyn déteste l’Union européenne tout autant que nous ? Ils sont europhiles ; pas lui, qui a été contraint par son propre parti à défendre une position qui n’était pas la sienne. (…)

Le Parti travailliste ne représente plus la classe ouvrière dans le Nord-Est. (…) Nous n’avons plus les moyens de nous faire entendre. Alors, nous avons voté pour la seule formation qui se proposait de respecter notre vote [lors du référendum sur la sortie de l’Union européenne] en 2016. (…) »

On pourrait croire que ce cri du cœur est anecdotique, mais je crois que ce sentiment de trahison était fortement généralisé chez la vieille classe ouvrière paupérisée par les directives néolibérales de l’Union européenne. Loin d’être un simple débat sur l’identité et l’immigration, le BREXIT était d’abord une question de souveraineté politique qui pouvait unir temporairement des gens qui en espèrent des conséquences bien différentes. Le programme de Jeremy Corbyn n’étant pas concrètement possible dans le cadre européen, l’idéal aurait donc été de quitter l’UE et ensuite voter pour une direction politique progressiste (un Brexit de gauche). Autrement dit, accepter le BREXIT lorsque les conservateurs étaient minoritaires pour ensuite organiser des élections pour en orienter politiquement la suite via les futurs traités. Cela aurait été tout à fait faisable et gageons que les résultats en auraient été fort différents …

Malheureusement, l’ironie de l’histoire a voulu que cette volonté si ardente de maintenir l’unité du parti, au mépris de la cohérence, soit la cause de la perte de 60 députés, mais a surtout permis de décrédibiliser l’aile gauche du parti pour un bon moment. Pourtant, le parti conservateur de Boris Johnson n’est pas qu’eurosceptique, il est aussi affreusement néolibéral5 et le pays a soif de justice ! Pourtant c’est le néolibéralisme de tradition thatchérienne qui s’est imposé au détriment de la social-démocratie, alors que les conditions sociales engendrées par l’ordo-libéralisme allemand (qui est à toute fin pratique la même chose) avaient placé une autoroute à la gauche …

***   

[1] Les peuples cubains et vénézuéliens en savent quelque chose !
[2] Dans ce cas-ci, l’Allemagne.
[3] La « droite complexée » est cette tendance de centre droit des partis sociaux-démocrates se prétendant quand même de gauche, mais d’un point de vue purement déclaratif et moral. Leurs politiques sont généralement aussi à droite que celle des partis de centre-droits, mais agrémentés d’une communication moralisatrice sur les questions du racisme, du sexisme et de l’homophobie. La cause d’une plus grande représentation de femmes ou de minorités dans les organisations réactionnaires ou les multinationales en forme un exemple typique puisque le but n’est plus d’abolir les entités qui créent les injustices, mais seulement de les rendre moralement plus acceptables.
[4] Il n’est pas évident de les nommer correctement, mais j’en fais un topo assez exhaustif dans un article sur la question de « l’appropriation culturelle ».
[5] Je sais qu’il a mis en place quelques mesures sociales, mais cela est surtout un gage donné afin de favoriser la stabilité sociale lors des prochaines négociations avec l’UE prévues en 2020.

Partagez!

La lutte anti-impérialiste et le cas iranien

Depuis l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani à Bagdad, le 3 janvier dernier, l’attention du monde entier s’est tournée vers l’Iran. Il faut dire que la tension entre Washington et Téhéran a rarement atteint des niveaux aussi explosifs. La situation est d’autant plus dangereuse pour la paix mondiale que cette provocation est le fruit d’un ordre direct (certains parleront de coup de poker) de Donald Trump, contre une personnalité diplomatique dans un pays théoriquement souverain (l’Irak). C’est-à-dire un acte clairement illégal, du point de vue du droit international. Cependant, comme le rapport de force militaire demeure bien inégal entre les deux pays, la réponse de l’Iran restera assez tiède et proportionnée.

Les tirs de réponses, qui ont visé deux bases américaines en Irak, n’ont visiblement fait aucun mort et il est même probable que ces bases aient été prévenues de l’attaque. De toute évidence, l’État iranien ne souhaitait pas aller trop loin dans sa riposte de crainte de subir le même sort que son voisin irakien. L’idée était probablement plus de satisfaire la soif de vengeance de sa population que de riposter à la façon d’un rival sérieux. C’est pourquoi la communication iranienne a pris soin de souligner que son action « respectait en tout point la légalité internationale », afin de ne pas donner à Trump de casus belli.

Mais justement, pourquoi souhaiter une guerre à ce point avec l’Iran ? Ce pays, depuis longtemps sanctionné et mis à l’écart par les pays de l’OTAN, a pourtant coopéré avec les instances internationales sur le contrôle de son programme nucléaire. Un traité a été signé à l’ONU et a même été reconnu par les États-Unis d’Obama. C’est donc l’Amérique de Trump, en ne respectant pas ses engagements, qui est en faute dans toute cette histoire. Pourtant, c’est l’Iran qu’on présente comme l’agresseur irrationnel, même si le caractère de Trump n’est pas non plus épargné par la critique.

Il est à noter que cette guerre voulue par Trump et son administration ne cadre pas non plus très bien avec les intérêts du capitalisme américains, puisque celui-ci recherche surtout la stabilité et l’ouverture du marché iranien, ce que le régime est parfaitement capable d’offrir sans guerre. C’est d’ailleurs dans cet espoir que l’État iranien s’est plié à l’accord sur le nucléaire jusqu’à maintenant. L’intérêt des capitalistes iraniens ne diverge pas sur ce point de ceux des États-Unis. De plus, si l’assassinat de Soleimani a eu un impact sur la situation politique en Iran, c’est bien celui de renforcer l’autorité du régime des Ayatollahs au détriment de l’opposition laïque. Opposition que Trump prétend pourtant vouloir soutenir dans ses tweets.

Il apparaît que les raisons qui justifierait cet assassinat seraient autant liées à la politique intérieure des États-Unis (comprendre : l’élection présidentielle de novembre et la procédure de destitution) que de répondre aux attaques qu’a subi l’ambassade américaine en Irak par les milices chiites irakiennes soutenues par l’Iran. Ce pays étant l’un des pays les plus détestés par les Américains (dont les démocrates), une escalade de violence, qui ne coûterait pas trop cher aux citoyens américains, serait probablement bien vue par les néoconservateurs, les ultras religieux, les « impérialistes humanitaires », etc. Sans compter les puissants lobbys israélien et militaro-industriel. Tout cela pourrait effectivement aider Trump dans sa campagne électorale, à condition que la situation ne parte pas en vrille …

Rappelons que l’Iran n’est pas la bête noire des États-Unis depuis l’invasion de l’Irak, mais bien depuis la révolution islamique et la prise d’otage de l’ambassade américaine de 1979. Évidemment, cette révolution n’est pas apparue du néant et s’explique d’abord par la dictature pro-américaine du Shah d’Iran et de la répression qu’il exerça pendant un peu moins de 30 ans (de 1953 à 1979)[1]. L’opposition au régime impérial du Shah ne se limitait pourtant pas uniquement aux troupes de Khomeini. Il y avait aussi des factions laïcs (libérales comme communistes), mais l’Histoire en a voulu autrement et c’est un régime religieux antiaméricain qui a pris la place d’un autre régime religieux pro-américain. De toute façon, le côté religieux du régime n’a que peu d’importance pour les États-Unis, puisque c’était le nationalisme et le blocage des intérêts américains qui posaient véritablement le problème.

Ce tour d’horizon étant fait[2], que devrait être la position des anti-impérialistes et des pacifistes dans tout ça ? La condamnation de Trump et son administration est pour le moins partagée par tout le monde à gauche, mais la chute du régime iranien est aussi une option généralement admise comme souhaitable. De la social-démocratie molle à la gauche radicale, beaucoup se trouvent à souhaiter la chute du régime iranien, puisqu’il s’agit d’une théocratie très éloignée du projet de société socialiste, même si personne ne s’entend sur les modalités. Parfois celle-ci se fait en soutenant à reculons (et aussi un peu par naïveté) le gouvernement américain et sa politique guerrière. Parfois en renvoyant dos à dos l’impérialisme des deux pays, pour ne pas avoir à prendre parti pour le régime iranien.

Il faut dire qu’en période de conflit, la propagande et la diabolisation sont de rigueur. Toute condamnation de la guerre se trouve donc rapidement assimilée à un soutien au régime des Ayatollahs, ce qui fait que les opposants à la guerre se retrouvent à devoir constamment dénoncer l’Iran et à accepter tout ce qui se dit contre ce pays, même si cela sert surtout la cause des va-t-en-guerre. C’est donc dans ce contexte que certaines franges de la gauche deviennent passivement des soutiens de l’impérialisme américain et cela pose un réel problème pour la cause de la paix.

Il est très important de comprendre que la guerre n’engendre pas que des horreurs dans le pays hôte, mais comporte également des effets bien concrets chez nous. La guerre a de tout temps été l’élixir magique contre la lutte sociale en permettant notamment de solidariser les classes sociales par nationalisme, haine de l’autre pays ou par cette naïve croyance que la guerre servirait les droits de l’homme. De plus, la guerre fait fonctionner l’imposante industrie des armements et sert d’excuse aux votes de lois répressives. L’Histoire est riche d’enseignement sur la question et, si nous mettons de côté les conflits civils liés à des révolutions, la guerre a toujours servi l’élite dominante des pays qui la cherchent.

Depuis plusieurs années, il est devenu difficile de faire valoir la cause de la paix dans la population. Pas que les gens soient contre la paix, mais bien parce que la diabolisation des États attaqués par les États-Unis n’est pratiquement plus mise en question et que la propagande de guerre se donne toujours le rôle du défenseur des droits de l’homme contre un tyran nécessairement sanguinaire. La guerre est donc souvent perçue comme un mal nécessaire qui serait acceptable, puisque le régime du tyran « massacre nécessairement son peuple ». Malheureusement, cette propagande fonctionne aussi fort bien chez des militants pacifistes.

De plus, avec l’arrivée des réseaux sociaux, les mœurs militantes ont tendance à changer. Depuis une dizaine d’années, il est devenu assez fréquent de constater que certains militants soient plus motivés par l’envie de se complaire dans un positionnement puriste et confortable que de réellement lutter pour faire avancer leur cause. C’est l’évolution des méthodes de contestation qui en est à l’origine, puisque le militantisme organisé s’est fait devancer par le cyber-militantisme des électrons libres. Cette façon anarchisante de militer comporte bien sûr ses avantages, mais comporte aussi bien des inconvénients. Le principal d’entre eux reste cette guerre d’égo, intrinsèquement lié à l’usage des réseaux sociaux, qui conduit trop souvent les militants à favoriser leur positionnement idéologique au détriment du résonnement tactique.

Les partisans de la guerre l’ont d’ailleurs fort bien compris et utilisent ce genre de pratique pour intimider les pacifistes afin de les rallier ou, à tout le moins, neutraliser leur communication. Dès lors que l’objectif des militants est de faire valoir une sorte de pureté éthique au détriment de la réalité, tout positionnement anti-impérialiste se verra fragilisé par une propagande de guerre parfaitement en contrôle du discours éthique. Comme la politique est sale par définition et que personne (encore moins un État) n’est blanc comme neige, il devient facile d’utiliser les crimes du pays adverse (voire de les inventer) afin d’intimider les militants pacifistes, en les désignant comme soutien de criminels aux politiques barbares.

Pourtant, tout changement, même radical, impose d’accepter les règles du rapport de force. L’une des principales règles est que si l’ennemi utilise une arme plus efficace, vous êtes contraint de l’utiliser vous-même, même si son usage va à l’encontre de vos principes. Et c’est pour cette raison que la propagande de guerre moderne fonctionne aussi bien. Comme l’usage des méthodes non conventionnelles (terrorisme, torture, assassinats, manipulations médiatiques, attentat sous faux drapeaux, etc.) est utilisé par tous les États du monde, il est aisé d’accuser l’adversaire de procéder à ces méthodes condamnables pour justifier une intervention militaire au nom des « droits de l’homme », même si ces méthodes sont également utilisées par nos propres États à notre insu.

Dans tous les cas de figure, cette propagande ne devrait pas être un obstacle pour le militant pacifiste, puisque, contrairement à la propagande de guerre qui se présente toujours comme un mal nécessaire, celui-ci sait pertinemment que la guerre n’a jamais fait que de dégrader davantage les droits individuels (voir le cas libyen). Il est donc toujours nécessaire de condamner les guerres offensives, même si nous sommes violemment hostiles envers le régime visé. La paix mondiale ne doit pas être au prix de l’éthique des États. Cela ne veut évidemment pas dire que nous devons rester insensibles au sort des peuples opprimés, mais il faut les soutenir par des moyens qui n’impliquent pas d’intervention de l’armée américaine, de l’OTAN ou des services secrets des pays impérialistes.

Enfin, en ce qui concerne l’Iran, l’intérêt de ce peuple n’est certainement pas de voir se créer un nouvel État fantoche en ruine, comme c’est le cas pour ses voisins, à moins de souhaiter le retour des djihadistes. Il est donc préférable que l’Iran ne soit pas envahi ou déstabilisé par l’armée américaine et ses services secrets. Il est néanmoins parfaitement justifié de soutenir une opposition indépendante et non alignée aux intérêts occidentaux capitalistes, mais sans pour autant se faire d’illusion sur l’importance de ce soutien, car c’est au peuple iranien de se libérer de ses chaines et de choisir sa voie.

***

[1] Pour continuer dans les « habitudes » américaines, notons que celle-ci est le fruit d’une opération de la CIA et du MI6 appelée « l’Opération Adjax » contre un gouvernement trop hostile à leurs intérêts !

[2] Celui-ci est bien sûr incomplet, mais le sujet n’est pas là !

Partagez!

Écologie ou libéralisme économique!

Après plus d’une trentaine années à délibérer sur la question, l’écologie est maintenant devenue centrale dans le débat public. Et ceci à un point tel que même les vieux partis conservateurs sont forcés de se plier à cette tendance. Malgré tout, le problème du dérèglement climatique et des formes diverses que prend la pollution n’ont pas encore été réellement abordés autrement que par de beaux discours, de bonnes intentions et des accords internationaux non respectés… Les gestes volontaires des citoyens et le gaspillage un peu trop ostentatoire de certaines entreprises ont certes fait quelques avancées, mais rien de significatif (et surtout de systémique) n’a encore vraiment été initié, malgré tout le sérieux de l’enjeu.

C’est dans ce contexte d’attentisme exacerbé que Greta Thunberg a fait son apparition sur la scène internationale. Cette jeune Suédoise, qui interpelle et juge les principaux dirigeants du monde au nom de la jeunesse, est devenue le symbole de la lutte aux changements climatiques. L’apparition médiatique de cette jeune fille n’est cependant pas sans poser quelques questions, puisque son profil n’a rien d’extraordinaire et son abnégation envers la cause est loin d’être une exception. En réalité, la soudaine popularité médiatique de Greta Thunberg a plutôt à voir avec le carnet d’adresses de ses parents et des entreprises de communication dite « verte » plutôt que sur ses seuls faits. Mais enfin, comme le dit l’adage des dernières semaines : « Quand Greta montre la catastrophe, l’idiot regarde Greta ! »

Et ce n’est pas peu dire, puisque l’immense popularité de Greta Thunberg a immédiatement généré des réactions tout aussi démesurées que l’idolâtrie dont elle a bénéficié. Passant de la psychologie de comptoir, jusqu’aux plus ridicules théories du complot, à peu près tout a été dit sur sa personne. Pourtant la réalité est assez banale. La jeune fille est devenue une icône, simplement parce qu’elle est apparue au moment opportun, mais surtout parce que les jeunes se reconnaissent en elle et les plus âgés y voient la génération qui fera face aux conséquences des choix des précédentes. Greta Thunberg est donc un « signifiant vide », comme dirait la théoricienne post-marxiste Chantal Mouffe. C’est-à-dire une entité dans lequel on se reconnait soi-même et qui est en mesure de fédérer des gens aux intérêts et volontés divergentes sur la base d’un projet unificateur. Il faut dire que la petite est aussi très bonne oralement et même si elle ne rédige surement pas elle-même ses discours, l’effet de ses reproches semble agacer certains politiques qui auraient bien aimé la récupérer politiquement (je pense ici tout particulièrement à Emmanuel Macron !).

Ce rôle de symbole de la défense de l’environnement est, comme je le mentionnais, accompagné de celui de « tête de Turque » pour ses opposants, ce qui fait que la vie de la jeune femme est désormais scrutée à la loupe afin d’y déceler la moindre trace de contradiction. Comme la solution au dérèglement climatique est encore perçue par bien des gens comme une question de vertu individuelle, la personne qui sermonne les décideurs se doit d’être un exemple d’intégrité écologique. « L’écologisme » serait, selon eux, comme une espèce « d’art de vivre », voire une « religion » qui impliquerait une simplicité volontaire radicale. En conséquence, le niveau de prise de parole devrait être au prorata de l’ascétisme affiché.

Cette façon de voir la cause de la sauvegarde de notre environnement est évidemment ridicule et est un simple stratagème pour faire taire le messager. Rappelons que la meilleure façon de lutter contre la prise de conscience de notre rôle sur le climat est bien sûr de tirer sur le messager en dénigrant la fausse « vertu de Sainte Greta ». De cette manière, on évite de parler des causes systémiques du problème et, comme personne n’est parfait, on finit fatalement par « jeter le bébé avec l’eau du bain », comme le dit si bien l’expression.

De l’autre côté, nous trouvons la sempiternelle bonne vieille bourgeoisie progressiste, au côté des activismes pour le climat, fin prête pour une énième tentative de récupération d’une cause qui est fatalement trop radicale pour elle. Dans le palmarès des farces douteuses, notons la présence de Justin Trudeau à la dernière marche pour le climat de Montréal. Marche qui avait pour principal objectif d’influencer le pourvoir en place! Hormis l’énorme ironie que constitue la présence du premier ministre canadien dans une marche qui le vise directement, constatons que la récupération de la cause est devenue un problème presque plus grave encore que sa négation. Si la négation du problème par les climatosceptiques peut se combattre par des idées, des données scientifiques et beaucoup de patience, le « greenwashing » quant à lui endort les consciences dans la pensée magique tout en maintenant en place la source même du problème. C’est-à-dire l’anarchie économique que constitue le libéralisme économique.

Je souligne ici « libéralisme économique » et non le terme plus englobant de « capitalisme », car il existe bien des formes de capitalisme autoritaire qui pourraient très bien s’adapter à la rareté et se maintenir dans des activités économiques liées à la survie des pauvres. Autrement dit, s’enrichir sur la faim, le froid et la maladie d’une classe dont on a coupé toute forme d’ascenseur social[1]. Ce type de capitalisme étant particulièrement dégueulasse, il ne peut bien sûr pas être promu par quiconque se présente à des élections. A contrario, le libéralisme économique a historiquement justifié les inégalités par une théorie éthique. Selon cette idéologie, l’inégalité serait le résultat de la « liberté » ! Ce serait nos capacités personnelles dans le cadre de la compétition qui seraient à l’origine de notre position sociale et non pas le capital social, culturel et économique que comporte notre classe sociale d’origine[2].

La malice du libéralisme ne se limite évidemment pas à ça, puisqu’il y a aussi une certaine redistribution dans sa version dite progressiste. Néanmoins, cette redistribution est au fort prix d’une croissance économique constante, puisque la bourgeoisie n’est pas généreuse au point de limiter ses attentes de profits liées à sa position sociale et à ses droits sur les moyens de production. Les classes moyennes et populaires peuvent bien se partager les surplus de la croissance, mais en autant quelles consommes suffisamment pour la soutenir et, plus important encore, qu’il y ait suffisamment de croissance pour d’abord satisfaire l’actionnariat et le système financier.

Vous tous qui savez pertinemment que l’économie n’est pas en grande forme et que la croissance n’est plus au rendez-vous, devez deviner que le logiciel libéral-progressiste (ou social-démocrate) a du plomb dans l’aile depuis que les libéralisations massives de l’ère post-soviétique ont saccagé le compromis keynésien d’après-guerre. Comme le modèle néolibéral redoute plus que toute l’inflation, les besoins de crédits et l’investissement passent désormais par la dette publique & privée et engendrent des bulles spéculatives monstrueuses. Le besoin de croissance économique est donc devenu absolument nécessaire afin de simplement éviter le krach qu’occasionnerait l’éclatement de ces bulles[3].

Dans ces conditions, la redistribution et la planification économique, qui devrait être la base même de la reprise économique, sont devenues les ennemies à abattre. De là les accusations ridicules de « communisme », que chantonne la droite réactionnaire à tout va, lorsqu’il est question de changement de paradigme. Il en va de même de l’écologie politique, car le sérieux de l’enjeu impose de revenir sur terre, alors que notre société semble incapable de réaliser que le capitalisme n’est qu’une façon comme une autre d’organiser le travail humain. La fameuse opposition entre « économie » et « écologie » n’a de sens que dans ce refus de voir la réalité.

Greta Thunberg martèle qu’il faut écouter les scientifiques. C’est vrai, mais ceux-ci sont bien avare de solution politique et c’est bien normal, ce n’est pas leur rôle. Cependant, il est bien difficile de faire l’impasse sur un point, c’est-à-dire la décroissance, puisque la production de gaz à effet de serre est directement liée à l’activité économique. Mais qui dit décroissance, dit rareté donc gestion et planification. Et qui dit gestion et planification dit redistribution, puisque la croissance n’est plus là pour gaver les riches tout en entretenant une consommation décente pour le reste de la population.

Les scientifiques évitent et récusent généralement le concept, mais tout ça fait vachement penser à du socialisme! C’est pourquoi la droite réactionnaire parle (à juste titre d’ailleurs) « d’idéologie pastèque », c’est-à-dire verte à l’extérieur et rouge à l’intérieur. Cependant, les partis politiques dits écologistes restent très discrets eux aussi sur la question. Parfois volontairement, pour des raisons électoralistes, mais, plus souvent, parce qu’incapable de sortir eux-mêmes du paradigme du libéralisme économique. C’est pour cette raison que la rhétorique des « petits gestes » est aussi présente dans les têtes et les discours. Et c’est aussi pour cette raison que le « greenwashing » a à ce point monopolisé le problème environnemental. Comme ils ont peur de dire les choses comme elles le doivent, on tourne autour du pot et on attend de régler la quadrature du cercle! Mais pendant ce temps le climat continue de changer et les années se perdent.

Dans un article sur le cas du 3e lien à Québec, j’avais proposé de revoir l’urbanisme des villes afin de réduire, non pas le transport routier, mais le besoin de transport. Ici, il m’apparaît clair que l’anarchie productiviste qu’impose le modèle économique des traités de libre-échange est l’une des raisons qui provoquent la grande majorité des GES, mais aussi limite la souveraineté politique des États[4], donc leur possibilité d’agir sur l’économie et le climat. Cette situation est aisément compréhensible, puisque ces traités sont justement signés dans le but d’entraîner de la croissance.

À l’inverse, c’est le circuit court qui doit être envisagé et tout ce qui peut être relocalisé doit l’être par principe. Cependant, ce genre de politique va à l’encontre des volontés d’enrichissement de la bourgeoisie (qu’elle soit de droite ou de gauche) et impose la redistribution, sans quoi le système d’échange se bloquera rapidement[5].

Comme on le voit, derrière l’écologie politique, se cache réellement un projet socialiste. Peut-être pas du genre marxiste-léniniste, mais socialiste quand même! Il me semble urgent que les partis verts du monde le réalisent, car autrement ils seront dans l’incapacité de faire autre chose que ce que font déjà les vieux partis sociaux-démocrates et libéraux-progressistes. C’est-à-dire, taxer et sermonner les pauvres pour un mode de vie que les bourgeois ont imposé et construit à leur seul profit !

***

[1] Je pense ici à un capitalisme de « castes », dans lequel la bourgeoisie devient héréditaire en droits et dont la liberté économique est supprimée au profit des privilèges. Autrement dit, un capitalisme féodal.

[2] Pour les intéressés, j’ai rédigé un texte qui traite spécifiquement de la question.

[3] Je résume évidemment ici à l’excès !

[4] Il n’est pas ici question de nationalisme, puisque la souveraineté est également nécessaire à la coordination internationale en fut d’une décroissance équitable.

[5] Les riches ont besoin des bras des pauvres, mais aussi qu’ils consomment. C’est ce qu’avait compris la bourgeoisie antiesclavagiste aux É-U lors de la Guerre de Sécession.

Partagez!

Géopolitique & guerre des classes

Le 23 janvier 2019, un illustre inconnu nommé Juan Guaidó s’autoproclamait président de la république vénézuélienne devant une foule composée de ses partisans. Simple provocation? Il semble que non, puisque le trublion reçut la reconnaissance quasi immédiate des États-Unis, du Brésil, de la Colombie, du Pérou et (bien sûr) de notre très « démocratique » Canada !

Les coups de force de l’opposition de droite sont monnaie courante au Venezuela depuis la première élection d’Hugo Chavez en 1998. Mais cette fois, la menace d’invasion militaire américaine semble d’autant plus probable que la guerre (pour le contrôle des hydrocarbures) semble se stabiliser en Syrie. Ce qui rend la situation d’autant plus urgente que bien rares sont ceux qui soutiennent la simple légalité internationale… Alors pour ce qui est des soutiens internationaux de la révolution bolivarienne… Néanmoins, certain(e)s irréductibles, d’ici ou d’ailleurs, se mouillent pour que les acquis sociaux du chavisme ne soient pas réduits à néant, puisque la reconnaissance internationale si soudaine de ce despote au petit pied n’est pas sans lien avec sa volonté de privatiser la compagnie pétrolière nationale (PDVSA).

Les conflits internes des pays sont toujours surdéterminés par les grands acteurs internationaux et rares sont les guerres qui ont de vraies causes éthiques. Disons qu’ici nous avons le summum du mauvais goût en termes de manipulation médiatique, puisque l’on inverse systématiquement les rôles dans cette histoire. Le « dictateur » a bel et bien été élu par des élections transparentes et reconnues par l’ensemble des observateurs internationaux présents et le « démocrate légitime » s’est autoproclamé président sans l’ombre d’une procédure légale. De plus, on met tous les problèmes vénézuéliens sur le dos de Maduro et de l’ex-président Chavez, sans jamais tenir compte des sanctions internationales, de la baisse du prix du pétrole et du sabotage de l’opposition. On les accuse même d’être à l’origine des problèmes qui précèdent l’arrivée de Chavez au pouvoir (notamment la violence et la corruption) et qui n’étaient vraiment pas mieux à l’époque peu béni de l’austérité néolibérale de Rafael Caldera.

En fait, le grand concert de propagande médiatique d’avant-guerre est bel et bien enclenché dans nos pays. Tous les rats sortent du navire et les motions et résolutions impérialistes apparaissent de partout. Combien de soi-disant démocrates, le cœur sur la main et les larmes aux yeux, nous parlent de cette « pauvre opposition de droite persécutée » par ces « hordes de partageux enragés » ! Pourtant, cette opposition est bien celle qui a gouverné le pays sans partage pendant 40 ans et laissa mourir de faim l’immense majorité du peuple vénézuélien lors de cette période et gageons qu’elle ne risque pas de faire beaucoup mieux, maintenant qu’elle est soutenue par des brutes comme Trump et Bolsonaro !

Notons d’ailleurs, pour compléter le tableau, que cette opposition est l’une des plus mauvaises perdantes qu’il nous est possible d’imaginer, puisqu’elle se fait pratiquement toujours battre aux élections, mais n’accepte jamais le résultat des urnes, sauf bien sûr quand elle les gagne (comme les législatives de 2015) ! Ce qui fait que cette opposition, qualifiée de « démocrate » dans nos médias, a utilisé toutes les manœuvres possibles et imaginables pour renverser les résultats des urnes. Ceci allant de la simple manif, au coup d’État, en passant par des insurrections armées.

Mais pourquoi une telle hargne envers les résultats d’une démocratie qu’ils se targuent pourtant de vouloir défendre?

La réponse se trouve dans l’histoire du Venezuela, mais surtout dans l’ordre politique qui suivit la dernière des nombreuses dictatures qu’a connue le pays. Cet ordre, appelé « Pacte de Puntofijo», était un compromis entre les diverses forces du pays qui s’accordaient sur le partage du « gâteau » de la rente pétrolière, mais en jouant le jeu du bipartisme parlementaire. Le résultat de ces décennies fut à l’image de ce qui se passe présentement chez nous, soit une longue séquence de promesses trahies et d’austérité néolibérale qui devait déboucher sur l’implosion du système bipartiste en 1994 et à la victoire de Chavez en 1998.

Comme je viens de le mentionner, l’époque du Pacte de Puntofijo était moins une démocratie qu’une oligarchie, qui utilisait l’argent de la compagnie pétrolière nationale (PDVSA) pour alimenter tout un réseau de privilège qui allait des chefs syndicaux de la CTV, au personnel politique des grands partis, en passant par la bourgeoisie nationale affiliée. La société vénézuélienne de cette époque était donc particulièrement inégalitaire et hypocrite, car une grande majorité de la population (notamment les autochtones et les noirs) était totalement laissée pour compte. L’économie étant basée sur le pétrole et sur certaines productions agricoles, le pays a toujours été susceptible de déstabilisation par les aléas de l’offre et la demande mondiale. Comme beaucoup de pays semi-coloniaux, le Venezuela n’avait et n’a toujours pas d’industrie et de marché intérieur capable de stabiliser l’économie sans la participation aux marchés internationaux. Ce qui a toujours été un problème pour la Révolution bolivarienne.

Lors de l’arrivée de Chavez en 1998, bien des observateurs de la politique vénézuélienne croyaient qu’il s’agissait d’un aventurier qui pouvait être maté par la menace et la corruption. N’oublions pas qu’il y avait un extrême à sa gauche et que la première mesure importante qu’il fit toucha surtout la représentation démocratique avec la constituante de 1999, même si quelques réformes économiques ont également eu lieu dans ce mandat. En fait, le gros des réformes sociales du chavisme sera surtout mis en place lors de son second mandat. Ces politiques sociales, ne nous mentons pas, n’étaient pas tant des mesures socialistes qu’un transfert de la rente pétrolière vers les plus déshérités. Transfert de rente qui prit la forme des « missions ». D’autres projets plus ambitieux furent tentés, comme la généralisation des coopératives, mais la révolution bolivarienne fut toujours plus ou moins aux prises avec les contraintes économiques extérieures ainsi que les coups de force et le sabotage de l’opposition. Ce qui a fait que la politique de court terme fût la règle des années Chavez et explique en grande partie les échecs du « socialisme du XXIe siècle ».

Néanmoins, le bilan n’est pas si noir que cela et la grande masse de la population vénézuélienne (même celle qui n’apprécie pas beaucoup Maduro) n’a aucunement envie de revenir sur les acquis sociaux et le développement économique des années Chavez, pour revenir à l’époque de l’anticommunisme et des guérillas. Je mentionne cette époque, car c’est bien ce qui risque d’arriver. Surtout si une intervention militaire étrangère devait survenir. Le régime de Bogota voisin, celui qui fait tant rêver les réactionnaires du monde entier, n’est-il pas responsable du conflit armé le plus long du dernier siècle ? C’est ce qui arrive quand on assassine systématiquement l’opposition de gauche et qu’on piétine le peuple avec le sérum de cheval du FMI. C’est pourtant ce que souhaite cette opposition vénézuélienne, tous plus ou moins prompts au fascisme, même si d’étiquette « sociale-démocrate ».

Alors aujourd’hui, que faire? Quoi qu’il ne soit pas question de mettre Maduro sur un piédestal ou de prétendre qu’il n’y a aucun problème qui soit issu des décisions politiques PSUV. Il reste néanmoins nécessaire de dénoncer les sanctions économiques, la désinformation médiatique et l’ingérence que font nos pays, car une intervention armée ne peut qu’engendrer une guerre civile comparable à celles qu’ont connues la Syrie et la Libye. Le peuple vénézuélien est beaucoup plus mature que la propagande médiatique le laisse croire et celui-ci saura remplacer Maduro le moment venu. Il est d’ailleurs tout à fait plausible que Maduro passe la main de lui-même, mais, pour cela puisse être possible, un minimum de stabilité est nécessaire. Dans ce contexte, une intervention étrangère ne peut que durcir le pouvoir en place par nécessité de survie.

L’équilibre mondial est un vaste champ de bataille sans foi ni loi et la guerre des intérêts étatiques semble mettre la guerre des classes au second rang. Toutefois, la guerre des classes se fait toujours à l’intérieur de la géopolitique et doit être analysée sans purisme idéologique ni naïveté sur les discours diplomatiques. La guerre des classes fait rage depuis des décennies dans ce pays d’Amérique latine et si nous voulons faire notre part dans le grand rapport de force mondial, il nous faut accepter de jouer (et surtout comprendre) les règles de ce jeu d’échecs amoral qu’est la géopolitique.

En attendant que notre partition arrive, soutenons ceux qui luttent pour la justice et l’indépendance partout dans le monde, car c’est à travers eux que nous forgeons l’avenir commun!

Partagez!

Le vice caché du « front républicain »

Il n’a échappé à personne que l’élection présidentielle française s’est soldée par la confirmation des prévisions des instituts de sondage, qui prédisaient depuis plusieurs mois déjà un duel Macron/Le Pen au second tour. Il n’était pourtant pas du tout certain que ce scénario survienne, car l’évolution des tendances des dernières semaines avait mis en place une course à quatre d’autant plus serrée que la différence entre la 1re et 4e place n’a divergé que d’à peine 4%. Cette défaite de la France Insoumise doit tout de même être relativisée, car elle cache aussi une grande victoire au sein de la gauche. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon n’a peut-être pas réussi à atteindre la magistrature suprême, avec son 20%, mais son hégémonie au sein de la gauche est maintenant totale. Étant donné le score (6%) de tiers parti qu’a obtenu le parti socialiste, cette dernière élection risque fort bien de lui être fatale. D’autant plus, que la grande majorité des apparatchiks de l’appareil (et non les moins opportunistes) sont déjà, ou rejoindront à brève échéance, l’équipe d’Emmanuel Macron. Ce mouvement « En Marche ! » vers le néolibéralisme aura le grand mérite de mettre un peu de clarté dans ces étiquettes politiques frauduleuses qui faisaient office de façade pour crédules.

En somme, la bonne nouvelle de ce premier scrutin est de revoir une force progressiste réellement sociale en France et ayant enfin le potentiel de remettre de l’avant certain des thèmes (souveraineté nationale, critique de l’OTAN, protectionnisme, pacifisme, etc.) que le Front national (FN) s’était stupidement fait abandonner par cette « gauche » de gouvernement depuis tant d’années.

Mais outre cette demi-victoire tout sauf négligeable, le mauvais côté de l’affaire est le retour du sketch frelaté du « front républicain », qui n’aura comme seul dénouement que de légitimer le candidat du « moindre mal ». Ceci par un plébiscite digne des pires régimes, face au mal incarné que représente le FN… Mais hormis la mise de côté des principes de base de la démocratie, je crois bien que le mal est ailleurs, car ce type d’exercice a aussi comme vice fondamental de renforcer indirectement le vote FN et donc tend à rendre son élection ultimement possible un jour.  Je m’explique.

L’utilité du FN dans le paysage politique français est de servir d’épouvantail, donc de repoussoir utile afin de rallier des courants, qui normalement devraient se combattre, au profit des partis au pouvoir. Contrairement à son prédécesseur italien (le MSI), celui-ci ne semble pas encore être en mesure de se faire accepter par la droite classique, malgré l’abandon de tout un pan de leur tradition politique et d’un fort courant promouvant une alliance de cette nature au sein de l’appareil du FN. Les raisons conjoncturelles sont nombreuses, mais à mon avis les raisons sont d’abord structurelles et idéologiques.

La France est dominée par un besoin très puissant de catégoriser les courants politiques. Et les acteurs de ce système en sont bien conscients et l’utilisent allègrement afin d’occulter certains enjeux décisifs. C’est pourquoi l’axe droite/gauche traditionnel, malgré son incapacité à interpréter les forces en présence, semble à ce point promu par les journalistes et les politiciens. Si l’on ne se base que sur cet axe, il devient difficile de juger correctement certaines questions pourtant fondamentales comme l’indépendance nationale, monétaire et géopolitique, qui ne sont pas strictement applicable sur une opposition entre gauche et droite, car elles sont partagées à la fois, par des courants de pensés se revendiquant des deux familles.

Afin de pallier ce manque, le terme de « populiste » fut donné aux courants ayant adopté la défense de ces enjeux. Malgré tout, ce terme reste très connoté à la droite, malgré qu’il soit de plus en plus utilisé pour qualifier certains courants de gauche, notamment ceux remettant en cause le capitalisme financier. Le sens à comprendre derrière l’usage courant du terme « populisme » est d’abord péjoratif et doit être entendu un peu comme « démagogue », donc basé sur des discours frauduleux inspirés par les sentiments vils du peuple. Le populisme sera donc l’opposé des courants se présentant comme « raisonnables », notamment ceux représentés au gouvernement.

La gauche dite « populiste » l’est en France d’abord parce que remettant en cause la construction européenne, l’Euro et plus largement les principes du libre-échange et de la finance. Même si derrière la critique de ces institutions, il ne se cache rien de plus que les bons vieux principes du socialisme, les commentateurs médiatiques, l’extrême gauche bébête et les promoteurs du marché y verront une dérive « souverainiste ». C’est pourquoi ils feront beaucoup d’effort pour assimiler ces courants à l’extrême droite. Pourtant, si l’extrême droite est historiquement associée au nationalisme[1], il n’en va pas du tout de la souveraineté nationale. Ce concept politique n’est certes pas, comme je l’ai déjà précisé, uniquement partagé que par la gauche, mais il est inséparable d’une vision réaliste de l’exercice de la démocratie. L’État-nation est, pour encore un bon moment, le seul cadre dans lequel peut s’exercer la démocratie et un programme concret de socialisation économique, car, comme chacun sait, plus l’agglomération s’élargit, moins la démocratie est représentative des populations et plus elle rétrécit, plus sa possibilité d’action est limitée. Loin d’être un paradoxe, il s’agit tout simplement d’une donnée banale que toute personne s’intéressant à la politique devrait avoir réfléchie au moins une fois dans sa vie.

L’idée des tenants de la mondialisation néolibérale est donc d’assimiler la souveraineté et tout ce qui l’entoure de l’infâme ! Et l’infâme c’est l’extrême droite et le fascisme comme vous le savez et c’est pour cette raison que la gauche réellement sociale doit constamment se défendre d’être l’inverse de ce qu’elle est. Mais pour le FN, cette tactique de diabolisation manichéenne est une source constante d’électorat neuf. Il est vrai que le FN, contrairement aux autres partis, ne possède que peu d’électorats de réserve en cas de deuxième tour. Mais les électeurs acquis au FN le sont normalement de manière assez fervente, car ayant à subir tout un ensemble de préjudice dans leur vie de la part de leurs proches et qui a aussi le potentiel de nuire à leur vie professionnelle. L’adversité que connaissent ces gens a donc une forte tendance à les souder idéologiquement à ce parti et donc à influencer sur le long terme les points initiaux de désaccords (notamment celui du racisme !).

Inversement, les partis de gouvernement ont un électorat de plus en plus volatil. Le résultat de la dernière élection prouve sans aucun doute ce fait. Cette volatilité de l’électorat n’est pas tant due au courant qu’ils devraient représenter, mais à l’espoir ou au rejet qu’ils suscitent. Et dans l’état des lieux et en vertu de la construction européenne, la France est prise dans un engrenage lui imposant une politique répressive d’austérité ayant un impact décisif sur une majorité de la population. Comme une grande part de la population se voit précipitée de force dans cet abime et que les partis de gouvernement ont tous plus ou moins été zélés à ne pas tenir leurs promesses de campagne, la tendance générale est de se rabattre vers ceux qui n’ont pas exercés le pouvoir ou vers l’abstention. Mais plus encore, comme chaque avancée du FN se voit aussitôt suivie d’un rassemblement en bloc contre lui et que ce bloc est souvent assimilable aux défenseurs du carcan européiste. C’est donc à juste titre que les gens qui souffrent de déclassement par ces politiques néolibérales interprètent ce bloc comme celui du « système » qui les opprime. Et comme il n’y avait jusqu’à récemment aucune autre alternative que le FN afin de protester électoralement contre cette construction antidémocratique qu’est l’Union européenne, le FN est devenu, pour une bonne partie du peuple français, le représentant de ces déclassés, malgré la réalité mensongère de cette croyance.

Le FN effarait encore aujourd’hui une majorité de Français, mais à chaque fois qu’une personne tombe dans la précarité imposée par l’Europe, cette personne, pour les raisons exprimées ci-dessus, devient potentiellement un électeur frontiste. Et à chaque fois que cette personne ose « sortir du placard », si vous me passez cette expression, elle fera face à un ostracisme qui risque de la souder définitivement à la « communauté FN ». Autrement dit, chaque « front républicain » et chaque injustice perpétrée envers ses électeurs renforcent le vote Front national. Et c’est ce qui arrive depuis plus de 30 ans.

La tactique du repoussoir est évidemment efficace, car s’appuyant sur une histoire de fascisme qui fait froid dans le dos, mais celle-ci n’est pas à toute épreuve et perd de son efficacité à chaque fois qu’elle est utilisée. De plus, en diabolisant les thèmes (et non pas les seuls arguments) utilisés par le FN, il devient presque impossible de démontrer à la population que des alternatives à gauche existent aussi. S’il existe des inquiétudes face à l’immigration, à cette guerre potentielle avec la Russie, au dogme du libre-échange, à l’Union européenne, etc. Il est suicidaire de laisser au seul FN le soin de traiter ces sujets qui fâchent sans riposter. D’autres solutions existent et certaines d’entre elles ont été magnifiquement promues par Jean-Luc Mélenchon lors du dernier scrutin, ce qui explique à mon avis une partie de son succès électoral.

De toute manière et peu importe le court du prochain mandat (qui ne risque pas d’être rose), la seule tâche qui importe à la gauche de France comme à celle du Québec est de mener un combat à la fois contre cette oligarchie qui nous opprime tout en reprenant le pas sur les terres que les sociaux traitres de tout acabit ont abandonnés à cette fausse alternative en échange de postes bien rémunérés.

Espérons seulement que l’aile dite « sociale » du FN du Nord finisse par perdre le contrôle de l’appareil, au profit de son pendant libréal du Sud. De cette façon le FN subirait probablement le même sort que son équivalent italien et se dissoudrait dans la droite classique et permettrait de libérer cet électorat qui ne lui appartient pas.

[hr gap= »30″]

[1] Seulement à partir de la toute fin du XIXe siècle, car auparavant le nationalisme était associé à la gauche républicaine, voir l’extrême gauche.

Partagez!

L’insoumise!

Je sais que je n’ai pas le droit de vote à l’élection présidentielle française de ce dimanche et que cela ne devrait pas me concerner plus que ça, mais comme le sort du monde en général me concerne et que je me fiche bien du score du Canadien, voici quelques mots concernant cet événement.
Comme vous le savez peut-être, je soutiens moralement Jean-Luc Mélenchon (JLM) … Enfin, plutôt son mouvement, La France Insoumise. Depuis quelques années déjà, je milite pour qu’émerge à gauche une alternative à cette déferlante néolibérale. Depuis plus de 30 ans, la gauche va d’échecs en trahisons, car son adhésion idéologique au libéralisme économique lui fait accepter la construction d’un monde dans lequel il n’est plus possible d’avoir aucun contrôle sur les puissances du capital. La contrepartie de cette acceptation servile est de se vautrer dans un moralisme aussi hypocrite qu’abject, afin de compenser par des « valeurs » l’abandon de tous projets réellement politiques. Tout ce qui n’est pas du ressort de la politique devient donc le fer-de-lance de cette gauche, qui a tout de la démocratie chrétienne du siècle dernier (la charité plutôt que le partage des richesses) et rien de celle qui a suscité tant d’espoir aux précédentes générations. Cet esprit moralisateur exacerbé a même fini par lui aliéner le monde réel et maintenant traite les questions qui fâchent (immigration, police, frontières, géopolitique, guerre, etc.) de manière passive (autrement dit, à la manière des néolibéraux). Ou pire, en se refusant carrément de se les poser. Le manque d’alternative progressiste à ce monde néolibéral (le nouvel ordre mondial, diront certains), a pavé une véritable autoroute à l’extrême droite qui n’a plus qu’à simuler un minimum de social pour paraitre comme la seule alternative à ce peuple qui souffrent et qui ressent l’abandon.
Comme je l’ai déjà mentionné, je milite pour une alternative socialiste à ce monde. Pas cette « gôche » qui traite de nom d’oiseaux tous ceux qui auraient de mauvaises pensées, mais celle qui souhaite régler les problèmes en regardant le réel tel qu’il est, c’est-à-dire avec les gens tels qu’ils sont et avec les moyens que nous avons à notre disposition. En somme, un mouvement de large rassemblement qui tiendra en compte les rapports de force intérieurs et internationaux, tout en conservant un objectif de changement radical des voies de l’économie. Ce projet doit d’abord et avant tout être axé sur une évolution aussi rapide que possible des rapports de production en faveur des producteurs de la richesse, mais devra également s’appuyer sur une démocratisation maximale de la politique ET de l’économie. Cet objectif allant en contradiction avec le néolibéralisme et le libre-échange (dû moins tel qu’il est présentement pratiqué), ces objectifs doivent être précédés d’une lutte intransigeante pour la souveraineté des États et la fin de toutes les activités bellicistes des grandes puissances. Le droit international quoi !
Tout cela se retrouve enfin dans un mouvement qui a le vent dans les voiles, soit la France Insoumise. Il est vrai que leur projet n’est très radical dans sa forme, mais offre la possibilité de créer une nouvelle base sur laquelle s’appuyer, soit une relance keynésienne axée sur la haute technologie et l’éducation afin d’atteindre des objectifs à la fois écologiques et sociaux. Le tout chapeauté par un projet de constituante fondamental si l’on ne veut plus continuer à suivre le vicieux système qui mène sournoisement vers une dictature qui ne dit pas son nom. Une dictature effectuée par les acteurs privés de l’économie et formalisée en droit via les accords de libres-échanges.
Évidemment, je sais que tout n’est pas parfait et que JLM est tout sauf claire sur sa volonté de sortie de l’UE, mais c’est d’abord la 5e république et ses institutions qui sont à blâmer. Car c’est cette monarchie présidentielle qui comporte les institutions capables de museler le peuple, lui imposer des traités ainsi que des médias de vile propagande. Le large rassemblement qu’effectue la France Insoumise requiert l’adhésion de gens qui ne sont pas tous aussi avancés dans la conscience des raisons qui ont provoqué leurs marasmes. Le nationalisme paneuropéen (qui ne va pas sans rappeler le nationalisme pancanadien) est un problème qui doit être traité de front et nécessite une éducation populaire de grande ampleur, c’est pourquoi la montée de l’UPR me semble aussi être une excellente chose. Mais il va de soi que dans une élection comme celle-ci, un projet de relance keynésien ne peut se limiter qu’aux seuls partisans actuels de la sortie de l’EU pour obtenir sa majorité. De toute façon, et comme le dit si bien François Asselineau, l’Euro n’est pas viable et va s’effondrer très probablement dans ce même prochain mandat. C’est pourquoi le jour arrive où les chimères européistes devront laisser place à la réalité du monde. Les partisans gauchistes de l’EU, devront apprendre que cette union n’est qu’un traité de libre-échange habillé d’utopie irréalisable au regard des droits humains bien compris.
Pour toutes ces raisons, je crois que le mouvement de masse qu’est la France Insoumise (beaucoup plus que la simple personne de JLM) est suffisamment convaincu, jeune et impliqué pour savoir choisir sagement la meilleure voie entre une chimère pan nationaliste (voir impérial) et un avenir moins sombre.
Enfin, et cela est très important, si Mélenchon devait être élu et si celui-ci (et/ou son entourage) devait (le) trahir, et ceci après l’expérience grecque, les conséquences pour le monde occidental seraient dramatiques et probablement irréversibles …
Tenez-le pour dit !
À bon entendeur, salut,

Partagez!